Le rôle majeur des ASP dans les projets novateurs

À lire

Restez informé sur le monde de la santé et la sécurité du travail. Trouvez ici des articles en lien avec des thèmes qui seront abordés lors du prochain Grand Rendez-vous. Parce qu’il y a tant à découvrir et à apprendre!

Cet extrait d’article est tiré du magazine Prévention au travail

Les associations sectorielles paritaires (ASP) peuvent être d’importants partenaires pour élaborer des mesures de santé et de sécurité lors de projets novateurs en santé et sécurité du travail. Elles diffusent de l’expertise et font coopérer les différentes parties entre elles.

ASP Construction et APSAM - Petit outil, gros dégâts!

La découpeuse à disque a une double personnalité. À titre d’instrument pratique et polyvalent pour découper le béton, l’acier, la fonte, la pierre ou tout autre matériau solide, elle a envahi les coffres à outils des travailleurs de la construction et du secteur municipal. Mais aussi petite et légère soit-elle, elle a tué ou sérieusement mutilé beaucoup de travailleurs. Quand son disque ultra rapide reste coincé dans un matériau, par exemple un tuyau d’égout en béton, l’outil se cabre et rebondit sur le thorax, la gorge ou dans le visage du travailleur et lui inflige des blessures graves, et trop souvent mortelles.

« Les utilisateurs se disent j’ai de bons bras, j’ai le physique, je suis entraîné, je travaille dans la construction, j’ai donc la capacité de retenir l’outil s’il rebondit, illustre Charles Blais, conseiller en prévention à l’ASP Construction (association sectorielle paritaire du secteur de la construction). Mais dans tous les accidents mortels, le constat est le même : personne n’a eu la capacité ni la force pour retenir l’outil. » C’est impossible, car en une fraction de seconde, le travailleur se retrouve à essayer de retenir une charge de 130 kilos qui veut rebondir vers lui.

D’un commun accord, l’APSAM et l’ASP Construction ont décidé qu’il était temps d’arrêter l’hécatombe. C’est rapidement la voie de la formation qui a été retenue. Les deux associations sectorielles ont opté pour une nouvelle formation comprenant plusieurs vidéos. Certaines d’entre elles seront essentiellement composées de situations vécues. Un survivant et du personnel des organisations touchées par les accidents raconteront leur histoire. Les autres vidéos montreront comment inspecter et choisir le bon disque ainsi que comment inspecter et utiliser la découpeuse de manière sécuritaire, et ce, avant son utilisation.

La CNESST s’est aussi assurée que l’on discute de l’ensemble des dangers de la découpeuse à disque et qu’ils soient inclus dans la formation, soit les projections (outil, meule et matériaux), les contaminants (monoxyde de carbone et silice), les problèmes de bruit, les dangers d’incendie ainsi que les mesures préventives, telles que l’arrosage de la meule, l’équipement de protection individuelle approprié et les bonnes méthodes de travail pour utiliser la découpeuse de façon sécuritaire.

« Nous espérons ainsi faire évoluer en ce sens les milieux de travail municipaux et de la construction, afin de réduire, voire d’éliminer les accidents graves et mortels avec cet outil », concluent Élaine Guénette, conseillère en prévention à l’APSAM et Charles Blais.

Le magazine Prévention au travail est distribué gratuitement. Il s’adresse à tous ceux et celles qui ont un intérêt ou un rôle à jouer dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail. Pour plus de contenus ou pour vous abonner au magazine, c’est ici!

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir toute l’information sur le Grand Rendez‑vous santé et sécurité du travail