Prenez garde aux gaz dans les ateliers de mécanique!

À lire

Restez informé sur le monde de la santé et la sécurité du travail. Trouvez ici des articles en lien avec des thèmes qui seront abordés lors du prochain Grand Rendez-vous. Parce qu’il y a tant à découvrir et à apprendre!

Prenez garde aux gaz dans les ateliers de mécanique!

Cet extrait d’article est tiré du magazine Prévention au travail

Les tâches variées et nombreuses qui font le quotidien des ateliers de mécanique génèrent plusieurs risques pour la sécurité et la santé des travailleurs. Le nombre et la gravité des accidents, quoiqu’ils soient en baisse avec les années, sont là pour en témoigner.

Plusieurs risques sont présents dans ce milieu, et l’un d’entre eux, la présence de monoxyde de carbone, n’est pas à négliger.

Gare au gaz !

En plus de faire entrer et sortir de l’atelier des véhicules en marche, il est coutumier de faire rouler un moteur pendant ou après la réparation, dans le but de vérifier si tout se déroule normalement. Sauf que les gaz d’échappement d’un véhicule, mélange d’hydrocarbures, de suie, d’oxyde d’azote et de monoxyde de carbone, sont nettement moins bons pour la santé qu’une pomme. Le plus vicieux d’entre eux, le monoxyde de carbone, est invisible et sans couleur, sans goût et non irritant. Mais très toxique. Présent dans tous les gaz d’échappement, y compris le diesel, il s’accroche aux globules rouges et freine le transport d’oxygène vers les tissus. L’intoxication s’annonce par des maux de tête, des nausées, des bourdonnements d’oreilles, des vomissements. Peuvent s’ensuivre évanouissement, coma et mort. Il faut donc tout faire pour ne pas en respirer.

Comment ? En installant un système de ventilation locale mécanique qui recueille les gaz d’échappement le plus près possible de leur point d’émission et à tous les postes de travail. On lui additionne une ventilation générale qui élimine les gaz non captés à la source et une entrée d’air neuf pour compenser l’air évacué. Des détecteurs de monoxyde de carbone sont nécessaires à chaque poste de travail pour connaître à tout moment la qualité de l’air et réajuster le débit de ventilation, au besoin. Ces différents systèmes de captation et de ventilation doivent être conçus par un expert et réalisés selon les règles de l’art.

Comme toute installation mécanique et électrique, les systèmes de ventilation et les détecteurs de monoxyde de carbone doivent être inspectés et vérifiés périodiquement, toute défaillance pouvant entraîner de graves conséquences sur la santé humaine.

Il importe de mentionner que de nombreux ateliers utilisent encore le tuyau de caoutchouc flexible, branché d’un côté dans le système d’échappement de la voiture, de l’autre dans un trou à même la porte de garage. « C’est à proscrire, d’une part parce que la réglementation exige une ventilation mécanique, et d’autre part parce que des vents contraires peuvent entraîner un retour d’air qui fait revenir le monoxyde de carbone dans l’atelier, rappelle Martine Charette. Il faut un véritable système de captation mécanique qui aspire les gaz toxiques. C’est LA solution. »

Si le sujet pique votre curiosité, la conférence Monoxyde de carbone, des mythes à déconstruire !, présentée la première journée du Grand Rendez-vous, le mercredi 30 octobre 2019 à 14 h 15, est pour vous !

Le magazine Prévention au travail est distribué gratuitement. Il s’adresse à tous ceux et celles qui ont un intérêt ou un rôle à jouer dans le domaine de la santé et la sécurité au travail.

Pour plus de contenu ou pour vous abonner au magazine, c’est ici !
Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir toute l’information sur le Grand Rendez‑vous santé et sécurité du travail